• You are here:

Cours de sécurité Tsunami pour le tourisme, les hôtels et les agents de sécurité en République Dominicaine.

altDu 29 au 31 juillet 2013 la Fondation mondiale pour la démocratie et le développement (FUNGLODE) de la République Dominicaine a accueilli le premier cours de sécurité tsunami concernant le tourisme, l’industrie hôtelière et les entreprises de sécurité. Quarante personnes ont participe à cet événement qui a été organisé par l'Institut Global de Hautes études en Sciences Sociales à Saint Domingue. L'objectif étant de fournir au tourisme et au secteur hôtelier des bases de connaissances sur les tsunamis, les protocoles nationaux de réponse et les éléments de préparation et de réponse aux tsunamis. Le cours comprenait des conférences ainsi que des exercices pratiques, tels que la conception de plans et la réponse aux tsunamis d’origine locale et régionale. Josefina Reynoso de la FUNGLODE et le General Luis Luna Paulino, President de la Commission Nationale d’Urgences a souligné que même si les tsunamis sont peu fréquents, l'impact pourrait être dévastateur d’ou le devoir de se préparer pour un tel événement sur la durée. La République Dominicaine a été touchée par des tsunamis locaux et distants. En 1946 deux tsunamis ont été reportés causant la mort de 1800 personnes sur la cote nord. Actuellement, le pays recoit 4 millions de visiteurs par an, 1.5 desquels sont des citoyens Américains. Ceux ci sont principalement attirés par les plages paradisiaques ou les infrastructures hôtelières sont concentrées. Le Programme d’Alertes aux Tsunamis dans les Caraïbes (CTWP) du Service météorologique national des États-Unis, le Réseau Sismique de Puerto Rico (PRSN) ainsi que le Programme Tsunami de la Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO ont développé et programmé le cours avec les experts locaux et les partis prenants de la Défense Civile, du Bureau National de météorologie, l’Université Autonome de Saint Domingue, du Ministère de l’Environnement et la Global Matrix Corporation. Ayant eu des reactions positives, la FUNGLODE a déjà demandé au CTWP, a l'UNESCO et au PRSN pour aider à co-organiser des cours supplémentaires pendant l'été 2014 avec des prestations dans les zones touristiques clés. Le programme et le matériel utilisé pour ce cours pourraient également servir de base pour d'autres formations dans le secteur du tourisme.

PTWS Amérique du Sud: Lancement du Protocole régional d'alerte aux tsunamis et sa plate-forme virtuelle.

27 feb 2010 chile tsunami feld measurements south of tirua brown area was flooded ricardo norambuenaAfin de renforcer l'interconnexion efficiente et efficace entre les quatre systèmes d'alerte qui composent la région du Pacifique Sud-Est, l'UNESCO, en coordination avec la Commission permanente du Pacifique Sud (CPPS), la Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO et les systèmes nationaux d'alerte aux tsunamis du Chili, la Colombie, l'Équateur et le Pérou, a favorisé l'élaboration du document «Procédures opérationnelles normales pour les communications d'alerte précoces aux tsunamis dans le Pacifique Sud-Est".

Le document a été préparé avec le soutien du septième plan d'action du programme de préparation aux catastrophes (DIPECHO) pour l'Amérique du Sud de l'Office sud-américain de la Direction générale de l’aide humanitaire et de la protection civile de la Communauté européenne (DG-ECHO).

Cette initiative visait à renforcer les systèmes nationaux d'alerte précoces aux tsunamis afin de générer un système régional grâce à des stratégies communes et des procédures normales aux niveaux régional, national et local. Le document a été préparé avec la contribution des institutions nationales faisant partie des systèmes d'alerte aux tsunamis, tels que les instituts océanographiques, les services sismologiques et les départements nationaux de gestion des risques de catastrophe.

La plate-forme virtuelle du système d’alerte précoce aux tsunamis régional est un outil qui a deux objectifs. Le premier est d'agir comme une plate-forme d’échange d'informations techniques et éducationnelles concernant les tsunamis dans le Pacifique Sud-Est. Le deuxième objectif est de construire un espace virtuel pour les communications entre les autorités responsables des systèmes d'alerte aux tsunamis dans chacun des quatre pays, en utilisant le Protocole de communication régional comme un guide.

La CPPS a développé la plate-forme virtuelle du système régional, et il sera chargé d'accueillir et de garder cette plate-forme en ligne et à jour. Au même temps, il fera en sorte que la plate-forme soit disponible pour les exercices de communication liés au Protocole, qui seront effectués par le coordonnateur régional du Système d'alerte précoce aux tsunamis du Pacifique Sud-Est.

 

 http://www.plataforma-tsunamis-pse.info/

La réunion dans les Caraïbes sur les Tsunamis et autres risques côtiers reconnaît l'augmentation des capacités régionales.

La 8ème session du Groupe intergouvernemental de coordination du système d'alerte aux tsunamis et autres risques côtiers dans la mer des Caraïbes et les régions adjacentes (GIC / CARIBE-EWS-VIII) s'est tenue à Port d'Espagne, Trinité-et-Tobago, du 29 Avril au 1 Mai 2013, organisée par le ministère de la Sécurité nationale à travers son Bureau de gestion et de la préparation aux catastrophes (ODPM). 56 participants ont assisté à la réunion, venus de 18 pays des Caraïbes et quatre organisations observatrices (Programme des Nations Unies pour le développement - PNUD, l'Agence caraïbe de gestion d'urgence des catastrophes - CDEMA, Réseau Sismique de Puerto Rico - PRSN et l'Université des Indes Occidentales: Centre de recherche sismique - SRC). La session a reconnu l'augmentation des capacités régionales pour la coordination des tsunamis, d'alerte et de surveillance, et l'augmentation à 94% des contacts nationaux et des points focaux d'alerte qui ont été désignés ainsi que l'accomplissement de 85% du réseau sismique et 44% des plans de réseaux de niveau de la mer. Le Centre d'information sur les tsunamis des caraïbes nouvellement créé (CTIC), tenu par le Département de la gestion des urgences (DEM) du gouvernement de la Barbade a été chargé de tenir au moins deux formations de Procédure opérationnelles normales (SOP) au cours de l'année 2013. Les États membres ont exhorté à nouveau les Etats-Unis de poursuivre son approche progressive vers l'établissement d'un Centre d'alerte aux tsunamis dans les Caraïbes à Mayagüez, Puerto Rico. L'évaluation de l'exercice « CARIBE WAVE 13 » a démontré l'utilité de ces exercices et l'intérêt des États membres à tester davantage les produits PTWC améliorés pour la région. En conséquence, l'assemblée plénière a décidé de tenir des exercices annuels « CARIBE WAVE» et de tester régulièrement la préparation aux tsunamis dans les Caraïbes, le prochain étant prévu le 26 Mars 2014. La Session IX doit être accueillie par le Gouvernement des îles Vierges américaines sur l'île de St. Thomas, en mai 2014.

Nouvelles stations de mesure du niveau de la mer à Oman pour renforcer les systèmes d'alerte précoce aux tsunamis dans l'océan Indien occidental.

oman site

Le Directorat Général de la Météorologie et de Navigation Aérienne / Office public de l'Aviation Civile (DGMAN / PACA) d'Oman a installé sept nouvelles stations de mesure du niveau de la mer le long de la côte du Sultanat, avec l'aide de la Commission Océanographique Intergouvernementale de l'UNESCO (COI-UNESCO). Les stations sont fonctionnelles et fournissent des flux de données à travers le Dispositif de Surveillance du Niveau de la Mer, de la COI-UNESCO, via le SMT (Système mondial de télécommunications), un service de contrôle en temps réel des stations de mesure du niveau la mer.
La COI-UNESCO a travaillé en étroite collaboration avec le Sultanat d'Oman, apportant un soutien technique et des conseils pour aider à la conception et la mise en place de son propre Système national d'alerte précoce multi-menaces (NMHEWS) y compris pour les tsunamis et autres aléas liés au niveau de la mer. Les nouvelles stations de niveau de la mer et le système national d'alerte précoce serviront à renforcer le Système d'alerte aux tsunamis et de mitigation dans l'océan Indien (IOTWS) en fournissant une couverture beaucoup plus complète de l'océan Indien nord-occidental, y compris la mer d'Oman.

ITIC - UNESCO Atelier de formation régional pour le renforcement des alertes et la réponse d’urgence aux tsunamis et Procédures opérationnelles normales (SOPs).

SOP training Chile March 2013  ALIAGA B

Cette formation très réussie, avec plus de 23 participants des 4 pays côtiers d'Amérique du Sud ouest hispanophones (Colombie, Équateur, Pérou et Chili), avec un soutien financier partagé entre l'UNESCO, l'USAID / OFDA, et la NOAA, a été accueilli par la Service Océanographique et Hydrographique de la Marine Chilienne (SHOA), du 4 au 8 Mars 2013, à Valparaiso, au Chili. Cette formation fait partie du plan de travail du GIC / PTWS en vue de la préparation a l'émission et réception de produits PTWC améliorées. Le GIC / PTWS a chargé la COI et le ITIC de développer des formations dédiées aux POEs et les produits PTWC améliores pour s'assurer que les centres d'alerte aux tsunamis (TWC) et les organismes de réponse d'urgence aux tsunamis (TER) au niveau national soient préparés à comprendre et à utiliser les nouveaux produits dans le cadre de leurs Procédures opérationnelles normales.

L’exercice Indian Ocean Wave 2011 marque le début des activités des Prestataires régionaux de services liés aux tsunamis dans l’océan Indien


Le 12 octobre, 23 pays du pourtour de l’océan Indien ont participé avec succès à un exercice d’alerte aux tsunamis à l’échelle du bassin océanique. Parallèlement, le nouveau service consultatif régional fourni par les Prestataires régionaux de services liés aux tsunamis situés en Australie, en Inde et en Indonésie est devenu opérationnel, marquant le début d’une nouvelle ère de coopération régionale pour l’alerte aux tsunamis dans l’océan Indien.

 

Le début des activités dans l’océan Indien des Prestataires régionaux de services liés aux tsunamis représente une étape importante pour le Système d'alerte aux tsunamis et de mitigation dans l'océan Indien (IOTWS), de même que l’aboutissement des six années d’élaboration et de préparation qui se sont écoulées depuis que le Groupe intergouvernemental de coordination de l’IOTWS a décidé, en décembre 2005, de constituer ses propres capacités régionales d’alerte aux tsunamis.

Dans une allocution vidéo destinée aux nouveaux Prestataires régionaux de services liés aux tsunamis, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a salué le transfert de responsabilité du système d’alerte aux tsunamis. « Tout cela montre ce qui peut être accompli lorsque les États et les sociétés s’associent pour atteindre des objectifs communs », a-t-elle déclaré. « C’est un pas décisif vers la protection des vies et des moyens d’existence de toutes les communautés côtières de l’océan Indien ».

L’exercice IOWave 11 a recréé les conditions du séisme majeur survenu le 26 décembre 2004 en simulant un tremblement de terre d’une magnitude de 9,2 au large de la côte nord-ouest de Sumatra (Indonésie), suivi d’un tsunami frappant l’ensemble du bassin océanique. Les nouveaux Prestataires régionaux de services liés aux tsunamis situés en Australie, en Inde et en Indonésie, ainsi que le Système régional intégré d’alerte rapide multirisque (RIMES), les prestataires du Service consultatif par intérim, l’Office météorologique japonais (JMA) et le Centre d'alerte aux tsunamis dans le Pacifique (PTWC) ont adressé, à eux tous, un total de 82 bulletins aux Centres nationaux d’alerte aux tsunamis (NTWC) des 23 pays participants.

Les résultats préliminaires indiquent que tous les NTWC participants ont été capables de recevoir à temps les messages des Prestataires régionaux de services liés aux tsunamis. La plupart des pays ont organisé des exercices nationaux, auxquels ont participé les principaux organismes d’intervention d’urgence ; nombre d’entre eux ont mené des exercices fonctionnels ou de simulation afin d’évaluer leurs Procédures opérationnelles normales d’alerte aux tsunamis et d’intervention d’urgence. Quatre pays (Inde, Kenya, Malaisie et Maurice) ont indiqué avoir organisé des exercices d’évacuation dans des communautés côtières. En Inde, des exercices ont été menés dans 17 villages côtiers de 3 provinces. Tous les pays ont estimé que l’exercice avait été réussi, même si quelques problèmes mineurs avaient été identifiés et nécessiteraient des mesures correctives.

Globalement, l’exercice IOWave 11 a atteint son objectif, qui était d’évaluer le degré de préparation de l’IOTWS, de ses Prestataires régionaux opérationnels de services liés aux tsunamis, des NTWC et des organismes nationaux chargés de la gestion des catastrophes face à un tsunami potentiellement destructeur. L’exercice a permis aux pays de l’océan Indien d’éprouver leurs communications opérationnelles et de passer en revue leurs Procédures opérationnelles normales d’alerte aux tsunamis et d’intervention d’urgence. Une évaluation complète de cet exercice va à présent être effectuée et un rapport sera publié d’ici fin novembre 2011.

 

Hosted by:
UNESCO/IOC Project Office for IODE Oostende, Belgium
© 2014 IOC/UNESCO
1 rue Miollis, 75732 Paris Cedex 15, France | Tel: +33 1 45 68 39 84 | Fax: +33 1 45 68 58 12